Societé

Les OSC pour un meilleur contrôle des actions gouvernementales

Image archive de la société civile togolaise

Le gouvernement ne doit pas être laissé pour compte ! Ses faits et gestes doivent être surveillés comme du lait sur le feu. Ce travail est en temps normal exécuté par les Organisations de la Société Civile (OSC). Un atelier s’est ouvert jeudi à Lomé pour rappeler cela aux concernés. C’est autour du thème : « contrôle de l’action publique et plaidoyer : outils et techniques d’action », que s’est tenu les travaux de l’atelier national sur la décentralisation organisés par la Coalition des Organisations de la Société Civile pour un Développement Inclusif (COSCiDI).
Ils sont plus d’une cinquantaine de participants, pour la plupart des représentants des Organisations de la Société Civile (OSC) et des Organisations non gouvernementales (ONG) à s’outiller sur la thématique en question. Les participants sont formés sur leurs rôles dans le processus de contrôle de l’action publique du gouvernement. La COSCiDI a fait de cette rencontre un cadre d’échanges devant ouvrir la voie à une meilleure lutte contre la pauvreté et la promotion de la bonne gouvernance.

« Les OSC ne doivent pas suivre les acteurs politiques dans le débat politique mais plutôt s’intéresser à ce qui importe au peuple. Lorsque les OSC n’assurent pas le Contrôle citoyen de l’action publique, il peut arriver que les actions du gouvernement n’aient pas l’impact souhaité », a indiqué à l’ouverture de la rencontre, Richmond Bekley, Secrétaire général de la COSCiDI.

Des experts venus de Côte d’Ivoire, du Bénin ou du Togo à l’exemple de Gustave Assah, Sociologue-Anthropologue, Consultant Formateur, coordonnateur du Réseau d’organisation de la Société Civile Social Watch Bénin et de Marie Joëlle D. Kei, ancienne Présidente de Wanep Côte d’Ivoire (West African Network for Peace building), Directrice exécutive de Regards Pluriels ont été de la partie.

La Coalition des Organisations de la Société Civile pour un Développement Inclusif (COSCiDI) est une plateforme composée de plus d’une dizaine d’associations et d’Organisations Non Gouvernementales. Fondée en 2016, son objectif principal est le contrôle de l’action gouvernemantale.

Publier un Commentaire