Politique

Manifestations au Togo : Que retenir des derniers événements survenus

Les dernières manifestations au Togo font le tour de la Toile et sont devenues le chou gras de plusieurs médias qui ont choisi d’envenimer la situation en ne publiant que des informations  jugées tronquées par les autorités togolaises. Parmi toute la panoplie  d’événements, ils n’ont pas assez parlé du cas de la ville de Bafilo. Cette autre ville du Togo a suivi à la lettre les recommandations du gouvernement en modifiant son itinéraire. Conséquence : aucun incident n’a été signalé. Bafilo a décidé de se plier aux suggestions du gouvernements  et par conséquent aucun incident n’a été enregistré. Les autres villes du Togo devront suivre cet exemple légendaire pour éviter à l’avenir ce que certains appelent ‘des morts inutiles’.

Le Togo aurait pu se passer des 2 morts, des plus d’une soixantaine de blessés, des nombreux dégâts matériels enregistrés si les responsables du Parti national panafricain (opposition) avait eu la prestance de collaborer avec l’Etat afin de préserver la quiétude qui règne au Togo.  Cependant, ils ont voulu rester fermes sur leur position jusqu’à ce que des événements malheureux n’adviennent le samedi dernier. Une situation qui a attristé beaucoup de personnes au point où ils se demandent si le Togo a réellement besoin de tout ce qui s’est passé. La responsabilité est donc partagée !

Les  responsables du PNP par exemple  clament  avoir  formé leurs militants aux principes de la paix en commençant par une marche dite « pacifique ». Mais les vidéos et photos partagées sur les réseaux sociaux ainsi que la version du gouvernement semblent ne pas correspondre à cette affirmation. En effet, les militants ont  saccagé un commissariat de la ville de Sokodé (nord du pays) et surtout occasionner des dégâts matériels importants.  S’en est suivi une répression des forces de l’ordre.

Des coalitions comme CAP 2015 ont accepté de travailler avec le PNP en appelant  les Togolais à un vendredi mort et faire de recueillement en mémoire des personnes disparus. Ils pensent également sortir dans les rues très prochainement.

66 personnes avaient été interpellées. Il leur est reproché d’avoir été à l’origine des violences envers les représentants de l’autorité publique, des destructions de biens publics et privés tout comme des  voies de fait et dégradation des matériels des forces de sécurité. Le peuple doit tirer des leçons de tout ce qui arrive pour construire et le pays et l’avenir.

Publier un Commentaire