Societé

La société civile togolaise crée le « Mouvement Togo Debout »

Devant l’ampleur de la crise que traverse le Togo, il y a deux catégories de citoyens qui se dessinent : ceux qui ne disent rien et ceux qui sont décidés à aller au bout de la lutte. La société civile togolaise a pris ses responsabilités depuis ce vendredi 22 septembre avec la création du front citoyen Togo Debout. Le message est simple : plus question de s’arrêter aux constats, rapports et dénonciations des actes inadmissibles que pose le pouvoir de Lomé 2, il faut plutôt agir, maintenir la pression. Le front lancé ce jour à Lomé se refuse de porter une quelconque coloration politique.

« Nous revendiquant d’une société civile engagée et responsable, nous informons l’opinion nationale et internationale, les missions diplomatiques et consulaires accréditées au TOGO, les médias nationaux et internationaux, que nous nous constituons désormais en un front citoyen dénommé « Togo Debout » indique la déclaration liminaire.

De façon plus simple, il n’est ni pour le pouvoir ou encore moins pour le pouvoir, il est du côté du peuple.  La cérémonie de lancement de ce mouvement a connu la participation de plusieurs membres des différentes organisations de la société civile (OSC).

Selon la déclaration liminaire lue en ce jour, la crise sociopolitique que traverse le Togo ne cesse de jour en jour de prendre une proportion inquiétante. Le climat politique est de son côté très tendu et délétère au point où le malaise social est très profond. « Les manifestations des 20 et 21 septembre organisées par l’opposition ont fait l’objet d’une répression meurtrière de la part des forces de l’ordre et de sécurité » lit-on dans la déclaration.

Ces OSC disent s’engager « à défendre les intérêts du Peuple qui lutte pour sa liberté, au-delà de toute prise de position partisane, de considération identitaire et de toute croyance religieuse. Chaque Togolais détient une parcelle de souveraineté nationale et doit la défendre ardemment. Aucun compromis ne doit plus jamais se faire au détriment du Peuple ».

Ces situations et les bilans lourds qui s’en ont suivi laissent perplexes les membres de la société civile. Si hier, ils s’arrêtaient aux condamnations, aujourd’hui, ils comptent aller plus loin et porter une aide de taille à la population. Tout sera mis en œuvre pour obtenir gain de cause à commencer par  une participation effective aux marches des partis de l’opposition pour réclamer un retour à la Constitution de 1992, le vote de la diaspora et naturellement la limitation du mandat présidentiel à deux.

 

 

Publier un Commentaire