Societé

Togo : Les greffiers en grève de nouveau

Les greffiers du Togo seront encore en grève. Après un temps de silence où tout le monde aurait cru qu’il n’y aurait plus de problèmes, ces derniers sortent de leurs cachettes. A Kara, ce week-end, ils ont adressé une lettre au ministre  de la Justice et des Relations avec les Institutions de la République  de tutelle, Puis Agbetomey.  Ils y dénoncent avant tout  des «  affectations illégales et abusives ».

D’entrée, les Greffiers et Administrateurs de greffe du Togo rappellent leur grève  du 22 mai 2017 au 30 juin dernier. Comme si cela allait faire bouger les lignes, ils se rendent compte que cela n’a en effet rien changé. Des violations de droits ont été plutôt le message qui leur a été renvoyé.

Les greffiers évoquent un certain « nombre d’actes illégaux, sur fond d’accusations infondées ». Ils disent faire allusion, essentiellement, à  des  réquisitions illégales, lesquelles ont été suivies par des sanctions dites disciplinaires. Ladite grève bien que respectant la Constitution a été taxé d’illégale et sauvage.

L’affectation  des  membres de la coordination du mouvement des Greffiers et administrateurs de Greffe du Togo, responsables syndicaux et associatifs est aussi vue de mauvais œil.
« L’objectif à peine voilé que vous visiez ce faisant, est de fragiliser, sinon casser les organes représentatifs des Greffiers et administrateurs de Greffe du Togo en vous en prenant à leurs responsables » accuse les hommes de lois. Ils crient à qui veut les entendre « le caractère illégal et abusif de ces affectations de responsables syndicaux et associatifs » et de préciser  que ceci est « une DENONCIATION et NON une RECLAMATION ».

 

« Notre plateforme revendicative est toujours d’actualité, et nous rappelons que notre grève est suspendue et non levée, et qu’une telle situation nous entraine, inévitablement, vers un nouveau mouvement de grève, dans les tous prochains jours, et dont vous serez seul et entièrement à l’origine, comme le précédent. » se sont adressés les responsables du  Syndicat National des Greffiers du Togo (SNGT) à leur ministre.

Une nouvelle grève ne devrait quand même pas étonner !

Publier un Commentaire