Afrique

Faure Gnassingbé était à Niamey pour appuyer les femmes de la CEDEAO

Le président Faure Gnassingbé s’est rendu jeudi à Niamey au Niger dans le cadre du lancement des travaux de l’édition 2017 du Forum des Premières dames de la CEDEAO. Présent à cette cérémonie, il a confirmé aux femmes la disponibilité de son organisation à les appuyer partout où le besoin se fera sentir.

Le chef de l’Etat Faure Essozimna Gnassingbé, président en exercice de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO, a donc donné le coup d’envoi des travaux du Forum des Premières dames de l’organisation sous-régionale.

Il s’est réjoui de cette initiative des Premières dames de la CEDEAO dont l’objectif est l’épanouissement des femmes, la protection des enfants et le bien-être familial. Des valeurs sûres pour une communauté régionale forte et engagée.

La croissance économique dépend selon Faure Gnassingbé de la mise en place d’ « un cadre social protecteur et un environnement sanitaire adéquat aux citoyens de la CEDEAO qui sont les premiers acteurs de développement».
Raison pour laquelle le président a insisté sur la mutualisation des efforts en vue d’une véritable synergie d’action et d’un partage d’expérience pour l’amélioration de la santé maternelle et infantile. C’est sans passer sous silence la nécessité de renforcer le processus d’intégration dans tous les domaines pour réussir le défi de faire de la CEDEAO une véritable communauté des peuples. Une communauté des peuples suppose à cet effet mutualisation de toutes les forces vives en place et définition de canevas clairs en vue d’éradiquer les maux qui minent la sous-région ouest-africaine.
«L’intégration réussie est aussi celle où toutes les composantes de la société sont mises en situation de parvenir à une insertion sociale, économique harmonieuse», a-t-il affirmé.

Occasion pour le chef de l’Etat de saluer les efforts en cours puis s’engager à soutenir et accompagner davantage les programmes du Centre de la CEDEAO pour le développement du genre (CCDG) en matière de prévention, de prise en charge et de réinsertion des femmes victimes des fistules obstétricales et des violences de toutes sortes. La CEDEAO est déterminé «à poursuivre la consolidation du cadre législatif et réglementaire destiné à renforcer les systèmes de protection de l’enfant et à promouvoir les droits des femmes et des jeunes filles en Afrique de l’Ouest».
Pour précision, le chef de l’Etat avait à ses côtés lors de la cérémonie d’ouverture, son homologue du Niger Issoufou Mahamadou, le président de la Commission de la CEDEAO et le président du Parlement sous-régional.

 

Avec le service communication de la Présidence togolaise

 

Publier un Commentaire