Agri - Environnement

La jeunesse togolaise et l’entrepreneuriat rural

Le Collectif des Jeunes pour le Développement (CJD) et le Conseil National pour la Jeunesse (CNJ) étaient en formation ce week-end à  Elavagnon dans la préfecture de l’Est-Mono.Les participants ont eu à échanger sur le thème : « Culture de la paix-Entrepreneuriat rural et autonomisation des jeunes : opportunités et défis ».Une activité rentrant directement dans le cadre de la  tournée nationale d’informations et d’échanges sur le projet « Agir pour Bâtir la Cité »(ABC).

 Le projet « ABC » accompagne les jeunes dans les secteurs de  l’agriculture, de l’artisanat et de l’entrepreneuriat. Dans ce sillon, les initiateurs dudit projet comptent mettre sur pied un système intégré de production agricole pour dit-on donner un nouvel élan à l’agriculture national.

D’autres projets d’envergure sont en cours dont « La maison du savoir et des opportunités »  pour permettre  aux jeunes d’avoir un guichet unique pour avoir les informations utiles en temps réel, des cours en ligne, et d’avoir l’accès à l’internet.

La dernière initiative en vue est dénommée « Un geste, une vie » pour aider les démunis, les  victimes des catastrophes naturelles  et surtout les élèves ou étudiants nécessiteux.« Nous voulons vraiment aider la jeunesse à se prendre  en charge à travers ce projet. Nous voulons canaliser tous les talents des jeunes pour le développement de nos communautés et ceci pour accompagner le processus de décentralisation lancé par le gouvernement », a déclaré Kovi Adambounou, Président du CJD.

Pour lui, sans la culture de la paix , il ne sera pas possible de faire des Activités Génératrices de Revenus (AGR) et d’en tirer de profits comme cela se doit.

« Nous devrions commencer cette tournée depuis mais les événements du 19 août nous ont bloqués. Nous avons pensé rattraper le temps, voilà pourquoi nous commençons par l’Est-Mono. Nous avons seulement deux messages aux populations, leur dire que nous voulons tous le développement de notre pays  mais nous devons d’abord préserver la paix et la sécurité avant de penser au développement, c’est très capital pour nous. A travers ce projet, nous voulons aider la jeunesse à se prendre en charge », a-t-il poursuivi.

 

 

Publier un Commentaire