Politique

Togo : Les marches de protestations sont interdites les jours ouvrés

Cela est devenu une habitude pour les partis aussi bien de l’opposition que de la mouvance présidentielle de faire des manifestations publiques n’importe quel jour de la semaine. Cette situation, qui à priori paraît anodine est porteuse de troubles à l’ordre public et génère un désordre qui ne dit pas son nom. Le match a trop duré pour le ministre de l’administration territoriale qui a sifflé mardi la fin de cet abus. Fin de la récréation !

Qu’ils soient du parti au pouvoir ou de l’opposition le ministre Payadowa Boukpessi en charge de l’administration territoriale et son collègue Damehame Yark de la sécurité et de la protection civile viennent de leur interdire toute manifestation les jours ouvrés. Ils ont le week-end pour cela. Des mesures  qui se justifient par les « violences » et « dérives » constatées depuis mi-août.

« Quand les gens qui n’ont rien à voir avec ces manifestations se trouvent bloqués, agressés et violentés, ce n’est pas normal. Le comble, c’est le 05 octobre dernier. Le point de regroupement c’était Atikoumé mais les gens se sont retrouvés à Adidogomé, avec des barricades. Les femmes qui vendent au bord de la route ont été fouettées et leurs étalages, brisés », a constaté le ministre Yark.

« Compte tenu des désagréments que les dernières marches de l’opposition  ont causé à la population nous avons décidé que la loi sur les manifestations soit  appliquée intégralement dans sa rigueur dans les prochains jours », a déclaré le ministre Payadowa Boukpessi.

 « Malgré les incessants appels que nous lançons, les violences se sont poursuivies les 4 et 5 octobre derniers, lors des manifestations organisées par l’opposition. Les faits qui se sont produits constituent des faits graves à l’ordre public », a-t-il précisé.

Marches le week-end et meeting en semaine. Le message est assez clair. « Désormais, les organisateurs des marches populaires en semaines ne pourront que tenir des meetings à un endroit définit et convenu avec les autorités compétentes », a indiqué Payadowa Boukpessi.

 

Publier un Commentaire