Societé

Cybersécurité : les experts du conseil de l’entente en parle au Togo

La cybersécurité est devenue un sujet pressant qui sans se tromper donne du fil à retordre aux différents services qui en ont la charge. Le Conseil de l’Entente n’est pas épargné par ce mal qui étend ses tentacules partout.
Depuis ce mercredi matin, des experts chargés de la sécurité et des frontières des pays membres du Conseil de l’Entente (Bénin, Niger, Burkina Faso, Côte d’Ivoire et le Togo) sont en session ordinaire à Lomé.

La réunion présidée par le directeur général de la police nationale, Têko Koudouovo met l’accent sur l’état des lieux en terme de riposte face aux questions sécuritaires notamment celle relative à la cybersécurité.

« La lutte contre la cybercriminalité dans les Etats de l’espace Entente, l’expérience ivoirienne » tel est le thème choisi par les pays concernés. De là, « cette deuxième réunion nous offre l’occasion d’échanger sur une thématique aussi importante que déterminante pour la sécurité, le développement et la stabilité de notre espace communautaire. Il s’agit de la lutte contre la cybercriminalité », a souligné le commissaire Koudouovoh au cours de la cérémonie d’ouverture de ladite réunion.

Sans aménité, la cybercriminalité gagne du terrain et il est plus que jamais important de circonscrire le mal. « Ce phénomène est sans cesse grandissant dans l’espace entente favorisé par l’essor des nouvelles technologies et la promotion de l’économie numérique », a-t-il ajouté.

La cybercriminalité en Afrique de l’ouest est caractérisée par les arnaques via les réseaux sociaux prenant la forme de jeux concours, de recrutements massifs imputés aux organismes internationaux, de propositions d’affaires aux revenus alléchants, pour ne citer que ceux-là.

Les spécialistes parlent de love tchat, œufs de perroquet, noix de conteneurs, l’héritage ou au maraboutage et même chantages à la vidéo.

 

Selon étude menée en Afrique de l’ouest par l’entreprise JIGHI INC, plus de 61% de toutes les institutions gouvernementales, des télécoms et des banques montrent une vulnérabilité critique aux cyberattaques et 45% des grandes entreprises ont été victimes de Ransomware ou ont été piratées.

 

Publier un Commentaire