Politique

Togo : Que se passe t-il au Mouvement Nubueke ?

Décidément, les membres du Mouvement Nubueke n’ont pas la vie facile. Tout se complique pour eux au jour le jour. Et pourtant, les activités du mouvement ne devrait pas inquiéter le gouvernement togolais au point d’en venir à arrêter certains membres.
Lesdites activités vont de la vulgarisation du contrôle citoyen sur la gestion de la chose publique; la sensibilisation sur les droits et devoirs du citoyen; les distributions d’eau lors des manifestations, l’assistance médicale aux blessés, entre autres.

Aujourd’hui, tout porte à croire que quelque chose ne va pas. Depuis l’arrestation de 3 membres du Mouvement jusqu’à leur condamnation , beaucoup semblent être tombés des nues. L’arrestation et la détention de
Kokou Dodji EZA, vice-président, Messenth KOKODOKO, membre actif et Fiacre Ayao ATSOU, ex coordinateur du club Nubueke à AGOE en disent long sur cette situation.
« Il est à préciser que des perquisitions sans autorisation judiciaire ont été menées le 20/10/2017 sans succès, aux domiciles de
M. EZA (Vice-Président) ainsi que de M. TCHALLA (Président du Bureau Exécutif) suspecté au simple motif qu’ils aient porté
un repas à M. KOKOROKO incarcéré depuis le 19 octobre dernier », expliquent lundi les voix les plus autorisées de ce regroupement.
Ce qui est bizarre dans cette histoire peu commune est de savoir qu’il n’est reproché « aucune infraction » aux personnes arrêtées.
Les autorités ne donnent pas de raisons précises sur leurs agissements. Cela fait croire qu’elles essaient d’étouffer « les actions des organisations de la société civile togolaise qui dénoncent les actes attentatoires aux droits et libertés fondamentales du citoyen », poursuivent les responsables.

Le Mouvement rappelle que les « camarades
arbitrairement détenus étaient encore en attente d’être entendus par le Procureur » avant qu’on ne parle de leur condamnation.
De toutes les façons, il s’insurge contre le gouvernement togolais et l’accuse de vouloir intimider et le « décapiter ».
Tout n’est pas perdu puisque des photos de douilles, des balles réelles ainsi que photos des
milices seront mis à la disposition des organisations tant nationales qu’internationales.

 

Publier un Commentaire