Jeunesse et emploi

Conférence internationale au Togo sur l’entrepreneuriat et la croissance dans la zone UEMOA

Plus de 200 chefs d’entreprises et entrepreneurs se retrouvent depuis jeudi en conférence internationale à Lomé sur le thème
: « UEMOA : Entrepreneuriat et Croissance ». Ils se penchent les deux prochains jours c’est-à-dire du 07 au 08 décembre sur les stratégies pouvant aider les jeunes à se tirer d’affaires lorsqu’il s’agit d’entrepreneuriat et surtout de recherche de financement.
Cette rencontre au-delà des entrepreneurs africains rassemble des personnalités venues aussi d’Afrique ainsi que de l’Europe. L’événement initié par la Société Emergence Capital, le Think Tank Club 2030 Afrique et l’Agence Française de Développement (AFD), en collaboration avec les Young Leaders de la Fondation AfricaFrance met les participants devant la réalité des pays d’Afrique.

Des problèmes d’endettement constant au niveau des États qui ne permettent pas une croissance économique normale jusqu’à la nécessité d’investir dans la jeunesse, tout est passé à la loupe.

Plusieurs thématiques marqueront de façon simplifiée les deux (2) jours de la conférence à savoir: les conditions et facteurs clés pour favoriser l’attractivité de la zone UEMOA vis-à-vis des investissements directs étrangers, l’importance des PME/PMI pour une répartition plus juste des fruits de la croissance économique, l’intégration juridique pour le climat des affaires et la prospérité des entreprises, l’entrepreneuriat comme une réponse à la question de l’emploi des jeunes, l’adéquation entre les formations et les besoins du marché de l’emploi dans un contexte de forte croissance démographique, l’électrification rurale , pour ne mentionner que ceux-là.

« Ce que nous essaierons de résoudre c’est le problème de création de la croissance inclusive et de l’emploi pour les jeunes. Les Africains n’ont pas le choix puisque les États ont montré leurs limites en terme d’offre d’emploi. Les Africains, la plupart du temps créent leurs entreprises par survie mais il faut aujourd’hui un écosystème où il y a du financement, de l’accompagnement et de la formation », a noté Igue Khaled, président du Think Tank Club 2030 Afrique.

 

Publier un Commentaire