Societé

Le Togo s’engage pour un travail décent

Dans un pays où la majorité des travailleurs peinent à s’en sortir, où les employeurs ont du mal à respecter les obligations qui les concernent, où la plupart de ceux qui travaillent ont en dessous du salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) qui est de 35000 F (Togo), il est alors urgent de tout remettre en cause pour améliorer les conditions de vie et de travail des employés.

Le Ministère de la fonction publique, du travail et de la réforme administrative a initié ce mercredi un atelier de deux jours pour valider le programme pays de promotion du travail décent (PPTD) au Togo sur la période 2018-2021. Il est accompagné sur ce chantier par le Bureau International du Travail (BIT).

Le travail décent est un impératif. Il est aujourd’hui une étape on ne peut plus cruciale pour le Bureau International du Travail (BIT) et ses Etats membres qui comptent prendre appui sur les résultats antérieurs, les constats et difficultés rencontrés au cours de l’exécution de l’ancien programme.

A terme, ces parties prenantes souhaitent arriver à un stade marqué par  le travail productif et convenablement rémunéré pour tous. Les recommandations du nouveau programme ne concernent pas que le secteur privé, l’Etat, étant un pourvoyeur d’emplois a les mêmes obligations.

 « A partir de ce programme, il est demandé que chaque employeur mettent en œuvre un plan d’action qui consiste à assurer le minimum de sécurité sociale et promouvoir le dialogue social pour éviter tout conflit de travail.  Durant ces deux jours, il sera question de valider le programme pays afin de le mettre en œuvre au cours des années à venir », a expliqué, Douamenyo Komi, Directeur de cabinet du Ministère de la fonction publique, du travail et de la réforme administrative.

 « Le travail décent à atteindre est un idéal. Il est vrai que les efforts sont faits mais il faut encore plus pour espérer l’atteindre », a exhorté le Directeur de cabinet.

 Le programme dit « tripartite » rassemble le gouvernement, le patronat et les travailleurs.

 

Publier un Commentaire