Economie

Le Togo va ouvrir une agence de promotion des exportations et des investissements

Le Togo va bientôt ouvrir les portes d’une agence de promotion des exportations et des investissements. L’information a été révélée ce mardi lors d’un atelier organisé par le Centre de Commerce International (ICT), l’Union Européenne et appuyé par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Les activités du jour vont dans la ligne droite du Projet d’Appui à la Compétitivité du Commerce et à l’Intégration Régionale (PACCIR-UEMOA). Les documents de création de ladite agence sont en cours de validation  afin qu’elle puisse voir le jour en 2018.

Les pays de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine en abrégé UEMOA sont tous d’une manière ou d’une autre des producteurs et exportateurs. Néanmoins, des institutions devant les aider, les encadrer à mieux peser sur le marché international font défaut. Le Togo, de son côté montre l’exemple en accélérant le processus de mise en place d’une agence dédiée à ces questions.

Selon les explications de M. Imamo Ben Mohamed Imamo, représentant de la directrice exécutive du Centre de commerce international (ITC), une agence telle que pensée par le Togo est d’une importance capitale du fait que le commerce soit un des leviers de la croissance économique et de réduction de la pauvreté.

De la même manière, une étude de faisabilité a été faite sur le dispositif d’appui au commerce au Togo afin de mieux appréhender le contexte.

« Il faut une agence qui puisse appuyer les entreprises dans le développement et la promotion de leurs produits à l’exportation. Il y a dans le monde une tendance lie la promotion de l’exportation et de l’investissement. Des études ont démontré que les besoins des entreprises ont évolué et ne s’arrêtent pas seulement aux services d’appui à l’exportation mais à la conformité des normes d’accès aux marchés », a-t-il clarifié.

L’Etat togolais veut mettre en place « un véritable mécanisme visant à promouvoir les exportations du Togo pour améliorer sa balance commerciale », a insisté Afi Afawoubo, la représentante du  ministère du Commerce et de la promotion du secteur privé.

 

Publier un Commentaire