Agri - Environnement

L’ONG JVE veut fournir une énergie propre aux populations togolaises

Le déficit d’énergie électrique que connait le Togo n’est pas qu’une question de villages ou de milieux reculés, tout le monde y est concerné mais un accent est mis sur les zones rurales. Ces zones reconnues comme utilisant la plupart du temps, le bois pour la cuisine, des lampions pour des lampes sont dans le viseur et de l’État et des associations qui se donnent pour mission de contribuer à réduire cet écart.

L’association Jeunes Volontaires pour l’Environnement (JVE) a lancé mercredi à Lomé le Programme d’accès des communautés à l’énergie durable (Paced). A travers cette initiative, elle compte faciliter l’accès des communautés à une énergie propre, moderne, fiable et durable.
Les différentes composantes de ce programme sont axés autour de l’objectif 7 des Objectifs de développement durable (17) qui met l’accent sur le recours aux énergies renouvelables. Un moyen d’aider le Togo à mettre en œuvre son ambition affichée lors de la signature de l’accord de Paris sur le changement climatique.

Selon les premiers responsables de Paced , « l’objectif principal du programme est d’amener les pauvres à bénéficier des avantages de l’utilisation et de la production d’énergie durable et protectrice de l’environnement ».
Les kits sont composés de 6000 foyers améliorés à charbon, 7000 lampes solaires et 4000 foyers améliorés à bois. « Le programme permettra de toucher 100 000 personnes de 2017 à 2020 et atteindre en terme d’information 1 million de personnes » , a insisté EZE Komigan Crédo, chargé de communication du programme.

Les grandes activités du Paced vont de l’éducation sur l’énergie durable dans les écoles, la mise à disposition de lampes solaires et foyers améliorés des populations, des ateliers de formation , du plaidoyer, de la sensibilisation, des études et publications aux partenariats et networking en passant par la veille énergétique.

Au Togo, seulement 27 % de la population ont accès à l’électricité tandis que 95 % utilise la biomasse traditionnelle pour cuisiner. Autant de défis pour les années à venir.

Publier un Commentaire