Agri - Environnement

L’irrigation intelligente laisse des traces à Kara

La startup Agriculture- Sol-Eau a innové après trois (3)  années de recherche, une nouvelle technique d’irrigation automatique  sans intervention de main d’œuvre. La trouvaille, depuis ses débuts continue de faire son petit bonhomme de chemin. Si la solution est déjà adoptée au Niger et même en Côte d’Ivoire, ce n’est pas le Togo et ses régions qui seront exclus.

Du 10 au 18 janvier, 15 entrepreneurs agricoles s’outillent à Kara (nord du Togo) sur les méthodes d’installations des modules d’arrosage automatique avec des démonstrations dans des champs.

La formation en cours permettra aux agriculteurs de ne plus dépendre d’une quelconque main d’œuvre dans leurs champs. Coût de main d’œuvre : nul ! Au-delà, ces acteurs agricoles apprennent une Nouvelle technologie d’irrigation Automatisée pour dit-on créer de l’emploi puis augmenter leurs revenus.  Les récoltes peuvent aussi se faire tout au long de l’année même en saison sèche où naturellement les pluies se font rares.

Selon les explications de M. BENANE Balignissa, Directeur de cette  jeune entreprise, « Cette nouvelle technologie que nous mettons en place va aider les agriculteurs à augmenter leurs parcelles puisqu’ils n’auront plus besoin d’utiliser des outils traditionnels à l’instar des arrosoirs. Avec cette méthode, du semis à la récolte, le processus devient assez fluide et rentable puisque la finalité c’est aussi d’augmenter et les revenus et la production afin d’arriver à une sécurité alimentaire ».

Une fois la formation terminée, l’ONG ARAD (Association de Recherche Action pour le Développement Durable) va poursuivre le chantier en accompagnant tous les participants sur plusieurs volets tels que l’étude, le financement et surtout la  modernisation de leurs systèmes d’irrigation et de production maraîchère.

Au total, 7 pays sont concernés par l’introduction de cette nouvelle  technologie qui vient bouleverser les modes de travail, la norme qui prévalait il y a 5 ou 10 ans. 2100 techniciens seront formés d’ici les années à venir dans la sous-région. Une autre vague d’acteurs sera formée à Lomé entre fin janvier et début février. L’ambition affichée par Agriculture-Sol-Eau est d’arriver à une agriculture intelligence qui n’attend pas des gouttes de pluie afin d’être productive.

 

Publier un Commentaire