Societé

La Conférence Inter-africaine de la Prévoyance Sociale (CIPRES) en conférence à Lomé

cipres

Les pays de la Cipres (conférence interafricaine de la prévoyance sociale) se retrouvent à Lomé du 12 au 17 février pour 5 jours de travaux autour des difficultés que traversent chacun afin de penser à comment en venir à bout.Ce lundi matin a eu lieu à l’hôtel 2 février de Lomé la cérémonie d’ouverture en  la présence du ministre de la santé et de la protection sociale, Moustapha Mijiyawa.

Ces jours de travaux vont permettre de voir de plus près les dysfonctionnements qui existent en matière de déclaration des salariés et échanger des expériences. Un regard est jeté surtout sur les cotisations des employeurs pour le bien-être de leurs travailleurs. En d’autres termes, cette rencontre est axée sur la gestion des comptes cotisants (employeurs) et des comptes individuels assurés au sein des Organismes de Prévoyance Sociale (OPS) de la zone Cipres.

Quant au présent séminaire-atelier, il rassemble les délégations des pays membres du Cipres qui durant ces jours vont se regrouper pour des travaux en atelier.  Les efforts en cours visent à faire comprendre aux employeurs l’importance de déclarer leurs travailleurs afin de ne pas tomber sous le coup de la loi. « Que les bonnes pratiques des uns puissent enrichir les autres de sorte que chacun en retournant chez lui puisse changer ce qui doit l’être », a déclaré Innocent Makoumbou, secrétaire exécutif du Cipres (Photo). Les travaux prendront fin samedi avec des recommandations à l’endroit des pays membres.

Pour faire court, la  CIPRES (conférence  interafricaine de la prévoyance sociale) est une initiative des ministres des finances de la zone Franc dans les années 1990 pour aider les caisses nationales en charge de la sécurité sociale à pouvoir bien jouer leurs rôles.

Ses objectifs sont entre autres d’élaborer des propositions tendant à l’harmonisation des dispositions législatives et réglementaires applicables aux organismes et aux régimes de prévoyance sociale ; de faciliter la mise en œuvre, par des actions spécifiques au niveau régional, d’une politique de formation initiale et permanent des cadres et techniciens des organismes de prévoyance sociale dans les Etats membres.

 

Publier un Commentaire