Jeunesse et emploi

La problématique des maladies professionnelles intéresse la CNSS

Des cadres de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) se sont retrouvés lundi à Lomé dans le cadre d’un atelier dont le soubassement était d’examiner  puis de valider la liste des maladies professionnelles harmonisées et le barème d’indemnisation des séquelles des accidents du  travail et des maladies professionnelles (AT/MP).

Ce lundi 29 janvier 2018 à Lomé, la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) a organisé ses assises nationales. Plusieurs parties prenantes ont honoré de leur présence à cette séance de travail. Selon les organisateurs, ces assises sont une occasion un peu comme unique du genre pour les employeurs, les employés et les acteurs impliqués dans la mise en œuvre des politiques régissant le monde du travail d’apporter des contributions cadrant avec les enjeux de l’heure en prenant également en compte la liste des maladies professionnelles et le barème d’indemnisation des séquelles adoptées par la CIPRES.

« La CIPRES a constaté des insuffisances dans la prise en charges des victimes d’AT/ MP notamment l’existence des listes des tableaux des maladies professionnelles obsolètes, des textes législatifs et règlementaires peu inadaptés et surtout non actualisés depuis des décennies dans les Etats membres du CIPRES. Il s’agit au cours de cette rencontre de procéder à l’harmonisation des différents tableaux de la CIPRES», a indiqué le Représentant du ministre de la Fonction Publique, du Travail et de la Réforme Administrative, Kasségnim Donko.

Pour information, le CIPRES (conférence  interafricaine de la prévoyance sociale) est une initiative des ministres des finances de la zone Franc dans les années 1990 pour aider les caisses nationales en charge de la sécurité sociale à pouvoir bien jouer leurs rôles.

Ses objectifs sont entre autres d’élaborer des propositions tendant à l’harmonisation des dispositions législatives et réglementaires applicables aux organismes et aux régimes de prévoyance sociale ; de faciliter la mise en œuvre, par des actions spécifiques au niveau régional, d’une politique de formation initiale et permanent des cadres et techniciens des organismes de prévoyance sociale dans les Etats membres.

 

 

 

Publier un Commentaire