Societé

Transparency International (TI) et l’ANCE-TOGO se planchent sur les outils de plaidoyer

Transparency International (TI) en collaboration avec l’Alliance Nationale des Consommateurs et de l’Environnement (ANCE-TOGO) organisent à compter de ce mercredi 13 septembre et ce pour 3 jours à Lomé, un atelier de planification du plaidoyer en Afrique de l’Ouest. La rencontre d’allure sous-régionale regroupe douze (12) pays de l’espace CEDEAO y compris le Togo. Les organisateurs comptent à travers cet atelier outiller les sections nationales de Transparency International sur les outils du plaidoyer. Concrètement, les différents membres verront leurs capacités renforcées et auront plus de moyens pour défendre les causes qui sont chères à leur sont chères . A terme, il s’agit de faciliter l’adoption d’une feuille de route pour des engagements TI avec les parties prenantes de la gouvernance foncière et des systèmes d’éducation dans l’espace CEDEAO sur l’adoption et l’application des normes anti-corruption dans ces secteurs puis mettre en place une plate-forme d’échanges sur le plaidoyer anti-corruption dans les domaines du foncier et de l’éducation.

Pour le Conseiller Régional d’Afrique de Transparency International, M. Samuel Kaninda, le choix des deux secteurs n’est pas fortuit. Il reflète plutôt l’urgence de la situation et l’aspiration des peuples.

« Nous avons des centres d’assistance juridique qui recueillent les avis des citoyens. Le foncier et l’éducation parmi tant d’autres services de base sont ressortis comme les plus affectés par la corruption d’où l’orientation de nos actions », a indiqué le Conseiller Régional d’Afrique de Transparency International.
Selon le Directeur Exécutif de ANCE-TOGO, M. Fabrice Ebeh, la corruption continue par gangréner l’Afrique de l’Ouest. « L’Afrique de l’Ouest demeure dans la zone rouge lorsqu’on parle de baromètre Mondiale de la Corruption ou de l’indice de perception de la corruption, sauf le Cap Vert, le Sénégal et le Ghana », a mentionné le Directeur Exécutif de ANCE-TOGO.

Cette rencontre de renforcement de capacité a été cofinancée par l’Union Européenne (UE) et le Ford Foundation pour dit-on permettre à chaque section de Transparency International de pouvoir prêter main forte aux autorités de leurs pays afin de promouvoir la bonne gouvernance.
Il faut noter que l’atelier de Lomé est une suite logique des résolutions prises lors de la Rencontre régionale de Transparency International (TI) de mai 2016 à Abuja et celle de Maputo en juillet 2016.
Depuis mai 2017, l’Alliance Nationale des Consommateurs et de l’Environnement (ANCE-TOGO) est devenue officiellement l’une des branches de Transparency International (TI) au Togo.

 

Publier un Commentaire