La crise politique abordée sans parti pris est un des sujets les plus importants de l’heure. Au-delà de toutes ses conséquences, il y a le côté qui lèse les travailleurs du Togo. Des entreprises ferment leurs portes, le climat ne décrispe pas et c’est le chômage qui prend place.

 

Ce lundi lors d’une conférence de presse organisée par la
Confédération syndicale des  travailleurs du Togo (CSTT) et les syndicats affiliés, les travailleurs appellent les partis au calme, au consensus pour une résolution pacifique de la crise.

Dans la déclaration relative à la crise sociopolitique du Togo faite ce lundi, ces regroupements de travailleurs convient la classe politique « à la résolution rapide, à travers un ultime dialogue franc,
sincère, honnête et sans question tabou, de la grave crise sociopolitique que traverse à nouveau notre pays le Togo ».

Les syndicats, sans considération partisane puisque provenant de plusieurs obédiences ont estimé que la crise a trop duré. Raison de plus pour eux de demander aux partis en conflit de faire un dialogue historique qui pourra régler une fois pour de bon la crise afin de conserver les entreprises qui ont à l’idée de plier bagages.

« Cet état de fait qui paralyse le pays pendant les journées  de marche, a commencé par avoir un impact négatif sur les activités économiques dans le pays, et risque à terme d’entrainer des fermetures d’entreprises et des pertes d’emplois », dénoncent-ils.

Les  Centrales syndicales togolaises, rassemblant les organisations de défense des droits des travailleurs et travailleuses, droits qui font partie intégrante des droits de l’homme, tout en condamnant les violences sous toutes ses formes et d’où qu’elles viennent, décident d’interpeller toutes les parties « sur l’obligation expresse de réunir toutes les conditions nécessaires et de s’engager résolument et très rapidement dans un dialogue franc, sincère, honnête et sans question tabou, en vue d’un dénouement satisfaisant de la crise ». Une mise en garde est adressée à la classe politique dans le but de l’amener à taire ses intérêts personnels, égoïstes et partisans et à œuvrer pour l’intérêt général de la Nation.