Le trio VIH/SIDA, paludisme et tuberculose n’a pas fini de menacer la survie de l’espèce humaine. Chaque année, il fait des victimes par millions partout dans le monde. Se résigner signifie dans ce cas, ne rien faire pour en venir à bout. Heureusement que le Fonds Mondial et ses structures partenaires mènent une lutte sans merci et sans répit contre ces maladies de jour comme de nuit.

 

Autant d’enjeux qui ont amené le ministère de la santé à procéder au lancement ce mercredi 31 janvier 2018 d’un atelier conjoint pour l’élaboration d’un plan de gestion des risques et mesures d’atténuation 2018-2020 . Le présent atelier qui rassemble des centaines d’acteurs du domaine de la santé se poursuit jusqu’au 02 février prochain.Ainsi, le gouvernement, la GIZ et          le Fond Mondial joignent leurs forces pour mieux lutter efficacement contre ces maladies qui ne sont plus à présenter.

 

Selon le Prof Musthapha Mijiyawa, le ministre de la santé : «  le VIH.SIDA , le paludisme et la tuberculose, véritables fléaux de santé publique, ont suscité des mesures et des interventions érigées en priorité dans notre Plan National de Développement Sanitaire 2017-2022, parfaite illustration de la vision politique du Chef de l’Etat (Faure Gnassingbé, ndlr), constamment préoccupé par le souci de débarrasser chaque Togolais des contingences immédiates , afin de lui permettre de s’élever et de se comporter en être pensant ».

La subvention allouée pour cette lutte durant la période 2018-2020 est estimé à 37 milliards F CFA. Un appui provenant du Fond Mondial et ses partenaires. «  A l’aube de la période que couvriront ces subventions, l’atelier de lancement amarré à la présente cérémonie permettra aux différents acteurs de porter un regard sur les actions passées, d’en tirer les leçons, sans autoflagellation excessive, mais sans autosatisfaction débordante non plus, le passé étant ressassé dans l’unique but d’être dépassé.

 

L’objectif fixé pour cette nouvelle période est de parvenir à réduire la prévalence du VIH chez les 15 à 49 ans de 2,5 à 1,8 %, l’incidence du paludisme de 161 à 40 pour mille, et celle de la tuberculose de 58 à 23 pour mille.

Topics #GIZ Togo