Le premier ministre togolais Komi Selom Klassou a présidé ce mardi les travaux de l’atelier de lancement des activités du plan d’actions pour l’amélioration du climat des affaires au Togo. La rencontre qui s’est déroulée dans un hôtel de la place a réuni autour d’un objectif commun, des députés à l’Assemblée nationale, des représentants d’institutions internationales, des missions diplomatiques accréditées auprès de la République togolaise, des acteurs de la société civile et opérateurs économiques.

 

Améliorer le climat des affaires au Togo en facilitant la création et le développement des entreprises est devenu une des priorités du gouvernement togolais. Cela passe par les processus en cours pour dématérialiser (c’est-à-dire réduire les courses et tout faire en ligne) la création d’entreprise et tout ce qui va avec.

« Le présent atelier s’inscrit dans la droite ligne du gouvernement tendant à donner des signaux clairs d’une amélioration continue du climat des affaires au Togo. C’est-à-dire qu’au-delà de la validation du plan d’action de la cellule, cet atelier a aussi pour rôle de donner une plus grande visibilité et lisibilité à toutes les initiatives déjà déployées et à celles envisagées par le gouvernement aux fins d’améliorer le climat des affaires et donc de renforcer l’attractivité et la compétitivité du pays », a déclaré à l’ouverture des travaux le premier ministre togolais.

Les facilités qu’accordent aujourd’hui le Togo ont permis de hisser le pays au rang des meilleurs, disposant d’un climat d’affaires à même de mettre en confiance les investisseurs tant nationaux qu’internationaux. Entre 2006 et 2017, le Togo a été classé parmi les dix meilleurs pays les plus réformateurs de la gouvernance en Afrique selon l’Indice Mo Ibrahim. De même, en matière de création d’entreprises, les délais et coûts sont passés de 252 600 F à 29 250 en 2017 pour ce qui est de l’enregistrement au Centre de Formalité des Entreprises (CFE).

Topics #climat affaire Togo