Une chose est de former des têtes pouvant gouverner demain, une autre est d’identifier des domaines spécifiques pouvant relever les défis futurs. Demain, tous les métiers ne seront pas forcément mis en vedette, il y aura certains qui naîtront spécialement pour s’adapter au besoin de l’heure. En mode anticipation, le Togo a commandité en collaboration avec l’UNESCO, une étude sur les métiers porteurs adossés à l’agropole et de profilage des bénéficiaires de la formation professionnelle aux TIC et aux langues nationales.

Cette étude poursuit plusieurs objectifs. Elle devra tout d’abord permettre aux directions en charge de la formation professionnelle et des centres d’apprentissage de réorienter sinon  miser plus sur les filières porteuses afin de parvenir à une croissance économique pas des moindres. Tout ceci s’inscrit dans le cadre du projet de mise en place d’agropoles, un projet qui sans doute tient à cœur au gouvernement togolais. L’Exécutif, de son côté cherche à atteindre l’objectif 4 des ODD qui consiste à « assurer une éducation inclusive et équitable de qualité et promouvoir des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie pour tous ».

De même, le Plan national de développement (PND)  en cours d’élaboration  est axé sur l’amélioration du niveau d’employabilité des sortants du système éducatif et contribuer efficacement au développement économique et social du pays.

« Nous avons mené une étude qui a permis d’identifier les métiers porteurs qui sont adossés à l’agropole de Kara qui sera mis en place bientôt. Nous avons conduit cette étude pour permettre au secteur agricole de former des jeunes déscolarisés pour des filières précises. Avant de se tourner aujourd’hui vers  la formation, il faut se demander les métiers qui peuvent aider les  jeunes à mieux s’installer dans le domaine agricole tant au niveau de la maintenance des outils agricoles, de la maîtrise de l’eau pour l’irrigation jusqu’à la transformation. C’est bien d’acquérir des outils à l’international mas c’est mieux d’avoir des personnes sur place pour la maintenance », a expliqué ABBEY Kokouvi, le Directeur de l’observatoire de l’emploi au Togo.

Topics #metier au Togo #metier porteur au Togo