Du 26 au 31 mars 2018 se tiendra la 5ème édition de Fescilom , le rendez-vous  incontournable du cinéma organisé chaque année au Togo. Pour cette année encore, le 7ème art sera célébré dans toute sa diversité avec à la clé la 2ème édition du Forum des jeunes cinéastes africains francophones engagés pour l’environnement.

Spécialement pour cette année, au lycée d’Agoé (terrain de la foire Adjafi, Lomé) sera dédié à un village de festival  qui débute à partir du 16 mars jusqu’au 1er avril pour les opérateurs économiques et tout acteur pouvant mettre en valeur son savoir-faire. Des espaces thématiques pour formations, ateliers, workshop seront mis en place sur le thème de la « contribution du cinéma vert pour le développement durable ». Les organisateurs veulent ainsi apporter leurs pierres dans la préservation de la nature en se servant du cinéma comme outil d’éducation de la masse.

Pour faire court, chaque personne, quel que soit son domaine d’activité doit penser préservation de l’environnement à travers par l’exemple l’adoption et l’utilisation effective de sources d’énergie propre et non-polluante comme l’énergie solaire. Au-delà, un accent particulier est mis sur l’érosion côtière qui menace déjà une bonne partie de la région maritime au sud du Togo surtout les quartiers proches de la mer. Les digues installées ne sont pas vraiment à la hauteur.

Pour Joël Misséboukpo, promoteur du Fescilom, l’enjeu est de pouvoir réunir  aussi bien les cinéphiles, le public, artistes de la chanson et des pays invités parmi lesquels se trouvent la Côte d’Ivoire. Des films court métrages notamment seront récompensés après un appel à film qui a été lancé il y a quelques mois.

Le thème général de cette année tourne autour de la formation, du recyclage. « Quelle formation pour quel développement ? »  se demandent les organisateurs pour qui  il est crucial de donner une formation de qualité aux  jeunes, aux personnes âgées pour qu’ils soient mieux outillés et maitrisent leurs  domaines.  La particularité de cette année est de rassembler artistes et cinéphiles pour penser à aller plus loin » soutient Joël Misséboukpo  et d’ajouter fièrement : «  Nos objectifs sont à 80 % atteints depuis le lancement de la  première édition de Fescilom ».

 

 

 

 

 

 

 

Topics #Fescilom