Le Togo a donné son aval mercredi à Kigali dans le cadre de la création de la Zone de Libre-Echange africaine (ZLEC), un projet cher à l’Union Africaine. La journée de ce mercredi symbolisait une avancée pas des moindres vers la création de ce que beaucoup désignent par «  plus grande zone de libre-échange au monde ».

Le Togo, en se faisant représenté par son Ministre des Affaires Etrangères, de la coopération et de l’intégration africaine, M. Robert Dussey, a pris part aux divers travaux. Le pays s’est montré disposé à voir naître une telle zone continentale destinée à l’essor du commerce et aux échanges. Le Sommet extraordinaire de l’Union africaine s’est tenu du 20 au 21 mars 2018 à Kigali, la capitale du Rwanda et c’est plus d’une quarantaine de pays qui ont ratifié cet accord.

« A l’instar de près de 40 pays africains, a paraphé les trois accords qui consacrent désormais la création de cette zone devant concerner les 55 Etats membres de l’Union africaine. Il s’agit notamment de l’Accord sur la zone de libre-échange, du protocole de libre circulation des personnes sur le continent et de la ‘Déclaration de Kigali’ », annonce un communiqué émanant de la présidence de la république.

Néanmoins, il est trop tard de vouloir célébrer une quelconque victoire, l’accord n’est pas encore entré en vigueur. Il le sera d’ici janvier 2019. Et pour en arriver là, le projet de la ZLEC devra obtenir la ratification d’au moins 22 pays après sa signature. A terme, l’objectif visé consiste à avoir un marché commun africain et une union économique monétaire à l’échelle du continent.

Parmi les projets phares dévoilés par la présidence rwandaise de l’Union africaine, figure également en bonne place, la création d’un marché unique du transport aérien continental, dont le chef de l’Etat togolais, Faure Essozimna Gnassingbé, a été désigné champion lors du dernier sommet de l’organisation à Addis-Abeba, informe la présidence.

 

Topics #ZLEC #Zone de Libre-Echange africaine