Affoh Atcha-Dédji, Directeur général de Togo cellulaire n’a pas manqué de laisser entendre ses craintes émanant de l’actuelle crise sociopolitique. En sa qualité d’opérateur économique, il a son mot à dire Ses craintes de la gravité d’autant plus que la paralysie de l’économie frappe tous les secteurs sans oublier les télécoms. La situation actuelle fait perdre des milliards au pays. Dans interview accordée à un journal en ligne L’afrique d’aujourd’hui.com, il souligne que l’Etat perd beaucoup dans toutes ces crises et qu’il y a lieu de dresser un plan pour sauver ce qui reste.

« Ne nous voilons pas la face, elles (les difficultés, ndlr) sont économiques. Les grèves, marches et manifestations qui se sont déroulées au Togo, avec deux ou trois jours de  » ville morte  » par mois à Lomé depuis août dernier, ont mis à mal l’économie du pays. Un seul exemple vous en donnera la mesure : les recettes douanières et fiscales – qui ont chuté de 20 % à 25 % – ont causé plus de 50 milliards de Francs CFA de pertes pour le Togo en 2017 »,  a-t-il dit.

Dans cette même ambiance aux allures tristes, le Togo est entrain de perdre la confiance des investisseurs. Point n’est besoin de savoir combien mais une chose est sûre, une économie ou du moins un pays instable politiquement est la bête noire de tout esprit averti. Le début de résolution de crise qui pointe son nez depuis quelques semaines serait sans doute la porte de sortie pour les milliers de problèmes que traverse le Togo. Mais jusqu’à preuve du contraire, rien de potable ni de concret ne se dégage des discussions.

« Le Togo a donc rapidement besoin d’une véritable relance économique. Et celle-ci tient à cœur au chef de l’Etat, dont l’objectif est de ramener au plus vite les investisseurs. Car certains investisseurs et opérateurs économiques importants pour notre pays n’ont plus bougé depuis le début des troubles et il nous faut désormais établir un plan d’urgence et rattraper le manque à gagner »,  propose M. Affoh.