Les entreprises paient un lourd, le plus lourd peut-être (ndlr)  dans la crise sociopolitique en cours au Togo. Depuis août 2017, la recrudescence des manifestations politiques et toutes les scènes de violence qui s’en sont suivies n’épargnent pas les entreprises installées au Togo. Ce constat ne provient pas de l’homme de la rue mais plutôt de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Togo (CCIT).

La CCIT a mené une étude sur l’impact de la crise sociopolitique, sur le rendement des entreprises togolaises. Ses conclusions confirment que la crise ne contribue pas à une bonne santé financière des entreprises.  Sur un total de 912 structures interrogées lors de ce sondage, plus du tiers (71,93%) estime avoir connu une baisse considérable de leurs chiffres d’affaires. Tout dépend du secteur d’activité !

« Concernant la situation des entreprises interrogées au regard du climat sociopolitique actuel: 71,93% déclarent une baisse de leur chiffre d’affaires au second semestre 2017, soit après le début de la crise; une écrasante majorité considère que leurs difficultés actuelles sont dues à la crise ; pour la plupart de ces entreprises, la baisse du chiffre d’affaires se situe entre 25 et 50%; 74,34%. Elles déclarent avoir actuellement une mauvaise situation financière  » lit-on dans la déclaration de la CCIT.

Germain Essowouna Meba, le  président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Togo (CCIT) n’est pas resté insensible à cette situation. Il a vivement exhorté les acteurs politiques à faire feu de tout bois pour une résolution de la crise car une mauvaise santé du secteur privé dans un pays induit une crise financière généralisée. « Nous demandons que les acteurs de la crise travaillent en symbiose pour une sortie de crise, pour que nous acteurs du secteur privé nous puissions mener nos activités dans la tranquillité  » a-t-il dit.

Le dialogue en cours devrait situer les uns et les autres.

 

 

 

Topics #Crise socioplotique au Togo