Ce samedi à Lomé, Faure Essozimna Gnassingbé a présidé les travaux du Sommet extraordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO essentiellement  consacré à la Guinée Bissau.  Une dizaine de chefs d’Etat et de gouvernement ont participé à cette rencontre capitale. Ils ont tenté tant bien que mal de venir à bout du conflit politique bissau-guinéen.

Le Président en exercice de la CEDEAO, Président de la République Togolaise, Faure Gnassingbé s’est félicité de la réussite de cet événement qui repositionne la CEDEAO comme organisme sous-régional ayant la résolution des crises au cœur de ses préoccupations.

L’organisation à par la voix de son patron rassuré la population de Guinée-Bissau que des efforts seront faits pour trouver un consensus d’autant plus que la situation est suivie de près.

« Nos frères bissau-guinéens peuvent compter sur notre présence attentive à leurs côtés jusqu’à ce qu’ils parviennent à une solution concertée pour aider le pays à renforcer ses institutions », a déclaré le chef de l’Etat togolais. Invitation a été adressée aux autres pays membres de s’impliquer pour une bonne résolution de cette crise qui perdure.

 

 

 

Décisions phares

 

 

 

Le communiqué final ayant sanctionné la fin des travaux est plus qu’évocateur. Il tourne autour de la décision du Président bissau-guinéen de nommer un Premier ministre de consensus en la personne de Aristide Gomez et la tenue des élections législatives.

Quant  à ce qui est du Togo, le leadership du Président ghanéen en vue de la résolution pacifique des tensions sociopolitiques a été salué. La conférence des chefs d’Etat et de gouvernement a exhorté les  acteurs politiques et la société civile à s’abstenir de tout acte de violence et tout agissement susceptibles de menacer la paix et la stabilité. De même, les Présidents Nana Addo Dankwa Akufo-Addo et Alpha Condé ont été désignés facilitateurs de la CEDEAO pour le Togo.

Voici l’intégralité du communiqué

Topics #lome #sommet CEDEAO à Lomé