Le long feuilleton de l’affaire dite d’escroquerie internationale dans lequel est impliqué le sieur Pascal Bodjona est loin de connaitre son épilogue. Depuis qu’il est tombé en disgrâce auprès du pouvoir de Faure Gnassingbé tout porte à croire que l’ancien bras droit du numéro 1 togolais n’a plus droit au repos.

Après avoir passé 500 jours dans la prison civile de Tsévié, il recouvra sa liberté en  février 2016. Deux ans sont passés et il a su rester loin de la vie politique de son pays en toute discrétion mais cela ne suffit pas pour qu’il ne soit plus entendu par la justice togolaise. Ce silence dont il est question ne plairait pas, selon certaines sources à tout le monde. « Même tranquille et silencieux, Pascal Bodjona fait peur », a fait observer un analyste politique cité par nos confrères d’Icilomé.

 

Convocation pure et simple

 

Pascal Bodjona est de nouveau convoqué. Selon les informations qui sont parvenues à notre Rédaction, il sera écouté de nouveau dans cette affaire d’escroquerie internationale dont les tenants et aboutissants sont loin d’être limpides. La justice togolaise s’apprête à l’entendre sur ce dossier. Il est convoqué à la Cour suprême ce jeudi 19 avril 2018.

 

Un lien avec le dialogue ?

 

La  plupart des personnes ayant eu écho de cette convocation affirment ouvertement que cela a sans doute un lien avec le dialogue en cours.  Depuis les préparatifs du dialogue politique togolais, Pascal Bodjona a été sollicité par le médiateur de la crise, le président ghanéen, Nana Akufo-Addo. Des indiscrétions font comprendre que ce rapprochement entre l’ancien directeur de cabinet de Faure G. et le chef de l’Etat ghanéen est vu d’un mauvais œil. Certains pensent même qu’une opération d’étouffement serait en cours pour l’empêcher de se lancer dans la conquête du pouvoir.

 

Topics #Pascal Bodjona convoqué