Si à Lomé, l’initiative Gallilée a été accueilli sans critiques, cela n’est pas pareil partout. A Kara par exemple, les responsables de la Ligue Togolaise des Droits des Étudiants (LTDE) estiment que le ministre de l’enseignement supérieur est entrain de se servir des étudiants pour se faire de l’argent. Le communiqué de cette association estudiantine nous est parvenu ce mardi 07 août. IL faut noter que l’initiative consiste à mettre à la disposition des étudiants, des ordinateurs qu’ils auront à payer sur une échéance d’une année. Nous vous proposons de prendre connaissance de son contenu en intégralité et de juger de sa pertinence.

UNIVERSITÉ DE LOMÉ ET DE KARA

             COMMUNIQUÉ :

 » LE CAMPUS N’EST PAS UN FONDS DE COMMERCE « 

Il nous a été donné de constater que le ministre BROOHM, lors d’une conférence,  tenue dans les universités de Lomé et de Kara a procédé à un troisième lancement officiel du  » projet GALLILÉE  » qui consiste à vendre aux étudiants des ordinateurs de qualité douteuse à un coût très exorbitant et inadapté au niveau de vie des étudiants, déjà appauvris par les pouvoirs publics eux-mêmes.

En effet, aux termes de ce projet, présenté pour la première fois à l’opinion en 2016 le gouvernement compte mettre à la disposition des étudiants un ordinateur portatif  contre un premier versement de cinquante mille francs (50.000FCFA) puis un second versement de cinq mille francs (5000FCFA), échelonné sur plusieurs mois.

Or, rappelons que nombre de projets pareilles existe déjà. Si, à ce jour, elles n’ont pu prospérer c’est surtout parce que les étudiants n’ont pas le moyen de s’offrir le luxe qu’on leur propose.

Au nombre de ces projets peut-on citer le fameux projet  » Un étudiant un Ordinateur  » fait en collaboration avec Moov Togo.

Aussi, la Ligue Togolaise des Droits des Étudiants (LTDE) tient à rappeler au ministre et au gouvernement que rares sont les parents d’étudiants dont le revenu mensuel dépasse le SMIG (35.000 FCFA) ; d’ailleurs la plupart des parents d’étudiants sont des paysans et des artisans qui peinent à payer le déplacement journalier, le manger et les documents de leurs enfants.

Pire, les étudiants orphelins et autres, laissés pour compte sont contraints de faire des petits Job de nuit et de week-end (Gardiennage, travail dans les usines) pour survivre.

Eut égard à tous ces constats, la Ligue Togolaise des Droits des Étudiants (LTDE), notant non seulement que ces ordinateurs sont trop chères mais aussi que leur qualité laisse à désirer demande au gouvernement de:

>>Subventionner ces ordinateurs à hauteur de 60% et mettre en place un système de payement directement prélevable sur les tranches des étudiants, que nous voulons à 20000F par mois pour les allocataires et à 30000FCFA par mois pour les boursiers,

>>Donner une garantie d’un an et demi aux étudiants,

>>Prouver avec des documents techniques d’experts à l’appui que ces ordinateurs ne sont pas de mauvaises qualités.

Mais, en attendant qu’une clarification soit faite sur  la qualité  des ordinateurs mis en vente et que ces demandes soient satisfaites, la Ligue Togolaise des Droits des Étudiants (LTDE) demande aux étudiants de ne pas acheter les ordinateurs en question.

Fait à Lomé, le 07 août 2018

Le Secrétaire National Adjoint,

Daniel AGBESSIMÉ

Tag #lome