L’association des Infirmières et infirmiers du Togo (ANIIT) est montée au créneau suite à l’incident survenu entre un des leurs, infirmier d’État et un médecin militaire au CHU Sylvanus Olympio . L’association, par l’intermédiaire de son président a adressé un courrier au ministre en charge de la santé dont la rédaction de LOME INFOS a obtenu une copie.

La scène a suscité de l’indignation sur la toile. Un infirmier a été humilié publiquement par un médecin militaire du même service en le mettant à genoux au CHU Sylvanus Olympio. Suite à cet évènement, l’ANIIT a fait une sortie pour relater les faits et exiger dommages et réparations à leur collègue et des sanctions à l’encontre du médecin.

Dans le courrier, l’ANIIT présente les faits comme suit:

Monsieur KPANZOU Thomas, infirmier d’Etat exerçant au pavillon militaire du CHU SO est arrivé au service le dimanche 24 janvier 2021 pour un service de 24 heures. Il a garé sa moto dans un espace vide au parking où Monsieur KPEKEMSI (un médecin militaire) a l’habitude de garer sa voiture. Le lendemain, matin (lundi 25 janvier 2021), Monsieur KPEKEMSSI, ayant constaté la moto garée, est devenu furieux. Il a alors envoyé un gardien chercher Monsieur KPANZOU. Dès son arrivée, le médecin s’est mis à l’agresser verbalement et à lui proférer des menaces jusqu’à mettre à genoux publiquement pendant plus d’une quinzaine de minutes. Comme si cela n’était pas suffisant, le médecin a de plus crevé les pneus de la moto et l’a enchainée. Mon sieur KPANZOU n’ayant pu supporter cette maltraitance et humiliation, s’est retrouvé dans un état critique qui a nécessité son hospitalisation la clinique médicale du CHU SO sous surveillance du psychiatre.

Lettre aniit au ministre de la santé

Pour l’ANIIT, ce fait malheureux qui est arrivé à leur collège, « en est un de trop » et exige entre autres que Monsieur KPANZOU soit dédommagé convenablement, que Monsieur KPEKEMSI présente publiquement ses excuses à l’endroit même où il a humilié leur collègue c’est à dire devant le pavillon militaire et qu’il adresse une lettre manuscrite à l’ANIIT pour présenter ses excuses à la corporation infirmière du Togo.

« Si rien n’est fait et porté à notre connaissance dans les 48 heures, qui vont suivre, alors nous ne seront pas responsables des conséquences désagréables qui en découleront » conclut le courrier.

Tag #ANIIT #CHU SO #CHU Sylvanus Olympio #KPEKEMSSI #L’association des Infirmières et infirmiers du TogoANIIT #lome #Monsieur KPANZOU Thomas