Des experts internationaux dénoncent une « tentative de destruction d’un nouveau mouvement religieux » en Corée du Sud.

Le 20 juillet, un webinaire sur un nouveau mouvement religieux en Corée du Sud et ses dimensions politiques, religieuses et sociales avec la récente crise COVID-19 a rassemblé des chercheurs et experts internationaux dans le domaine de la religion, du droit international et des droits de l’homme.

Intitulé « COVID-19 et la liberté religieuse : Shincheonji bouc émissaire en Corée du Sud », le webinaire a abordé les récentes attaques des églises protestantes conservatrices et fondamentalistes politiquement puissantes du pays contre une nouvelle dénomination chrétienne en pleine expansion, appelée « Shincheonji (Nouveau Ciel et Nouvelle Terre) Eglise de Jésus », fondée en 1984.

Le nouveau mouvement chrétien Shincheonji est devenu une cible de « persécution des protestants fondamentalistes » en raison de son expansion religieuse réussie « des protestants conservateurs et fondamentalistes qui voient Shincheonji comme un concurrent et veulent le détruire », a déclaré Massimo Introvigne en tant que sociologue italien de la religion qui a étudié Shincheonji avant et après la pandémie COVID-19 et a publié le premier compte rendu du groupe religieux en anglais.

Alessandro Amicarelli, président de la Fédération européenne pour la liberté de croyance, a souligné que les autorités sud-coréennes ont mis Shincheonji en cause dans la crise COVID-19 pour fermer l’église. « Déjà 30 autres personnes ont été testées positives avant la patiente 31 (un membre de Shincheonji critiqué pour l’expansion du virus). De nombreux Chinois, dont ceux de Wuhan, avaient visité Daegu (en Corée du Sud) et l’infection s’est répandue », a-t-il déclaré.

Willy Fautré, directeur de Human Rights Without Frontiers (HRWF), a déclaré que la récente attaque contre Shincheonji peut être considérée comme une tentative des groupes protestants fondamentalistes de Corée du Sud d’affaiblir et de détruire le concurrent sur le marché religieux. Il a ajouté : « Les violations des droits de l’homme à l’encontre des membres de Shincheonji par le biais d’un programme de conversion forcée (également appelé « déprogrammation ») avec enlèvement et séquestration au cours des dix dernières années ont été commises en raison de l’échec de la concurrence des églises protestantes dans le pays ».

Ciaran Burke, professeur associé à l’université de Derby, a déclaré que les autorités sanitaires sud-coréennes établissent un lien explicite entre Shinchoenji et l’apparition du COVID-19 jusqu’à présent, même si un lien plus important entre le virus et les cas de confirmation a été trouvé dans d’autres églises. Il a également exprimé ses préoccupations concernant « la collecte d’informations personnelles de 300 000 membres nationaux et internationaux de Shincheonji par le gouvernement, ce qui constitue une possible violation d’un accord international, en particulier du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) que la Corée du Sud a ratifié en 1990 ».

L’accusation a ouvert une enquête sur les dirigeants de Shincheonji, dont le fondateur Man Hee Lee, pour son rôle présumé dans la généralisation du COVID-19. Trois responsables de Shincheonji ont été arrêtés le 8 juillet, accusés d’avoir joué un rôle dans l’apparition d’une épidémie majeure à un stade précoce en « soumettant une liste de membres inexacte ».

 

Les autorités ont ignoré les demandes de modification du mot « secte » dans leurs rapports officiels lorsqu’elles ont fait référence à l’église de Shincheonji. Les autorités locales ont encouragé les résidents à signaler aux autorités la congrégation et les installations de Shincheonji, ce qui a créé un stigmate selon lequel les membres devaient être traités comme des criminels », a déclaré un responsable de Shincheonji lors du webinaire.

Une récente déclaration publiée par les « familles des défunts et des victimes de COVID-19 » a écrit que « les milliers de dommages et de décès de Coréens reflètent l’échec de la réponse initiale du gouvernement pour contenir le virus ». Elle ajoute que le ministre de la Justice Choo Mi-ae « a permis aux patients de COVID-19 provenant de Chine d’entrer en Corée, ce qui a entraîné une épidémie généralisée du virus dans tout le pays, qui a entraîné la mort du peuple coréen ». Elle a également déclaré qu’elle essayait d’éviter sa responsabilité pour les dommages en « donnant des ordres directs aux procureurs pour un raid et des arrestations contre l’église de Shincheonji ».

La chaîne de télévision sud-coréenne MBC a rapporté qu’un dépistage effectué récemment à Daegu, épicentre de l’épidémie majeure de COVID-19 en Corée du Sud, a ajouté du poids à l’échec de la réponse initiale du gouvernement pour contenir le virus. Le rapport, citant l’analyse d’un hôpital universitaire local, a déduit qu’au moins 180 000 des 2,4 millions d’habitants de la ville de Daegu étaient infectés par le COVID-19, soit 27 fois plus que les 6 800 cas officiels confirmés. La plupart des cas confirmés, plus de 5 000, sont des membres de l’église de Shincheonji car leurs informations personnelles ont été recueillies par le gouvernement, tandis que les 180 000 autres infections potentielles n’ont pas fait l’objet d’une enquête.

Tag #Corée du Sud #COVID-19 et la liberté religieuse #Shincheonji