Il a toujours été à la tête d’affiche après chaque défaite ou une contre-performance des Eperviers du Togo. Arrivé au Togo comme le Messie pour redresser le football togolais et le réconcilier avec le public sportif, Claude Leroy a fait pire que ses prédécesseurs. Mais est-il le seul coupable?

Les résultats depuis 2016 et la dernière campagne des Eperviers du Togo en éliminatoires de la Can Cameroun 2021 ne plaident pas en sa faveur. Et si le technicien Français était une victime des maux du football togolais? le problème du football togolais est plus profond qu’on ne le pense.

Le Togo est dans un creux générationnel.

Depuis la « dream team » de 2005 composée d’Emmanuel Adebayor Sheyi, Agassa Kossi, Aziawonou Kaka, Senaya Junior et autres qui s’est qualifiée pour la première à une coupe du monde, le Togo est tombé dans un creux générationnel et la dernière convocation illustre bien cet état de chose. Le Togo peine à sortir de nouvelles pépites pour renforcer l’équipe première des Eperviers. Resultat chaque sélectionneur bricole entre les joueurs locaux qui n’ont pas encore le niveau du football international et les expatriés.

Des championnats nationaux non compétitifs et irréguliers

La participation du Togo au dernier Championnat d’Afrique des nations(CHAN) ne doit pas occulter le fait que la D1 et la D2 restent des championnats amateurs et mal structurés. Bientôt un an que les herbes de tout genre règnent sur les pelouses des clubs. Même si la situation sanitaire explique le retard du démarrage, il est de coutume au Togo de voir le championnat en dents de scie.

Une politique footballistique inexistante

Le football à la base est délaissé au profit des expatriés qui pour la plupart jouent dans des championnats mineurs en Europe tels la Roumanie, la Biélorussie, le Kazakhstan…

La Direction Technique National qui a pour mission « la définition, le pilotage et le suivi d’une vision technique globale sensée préparer l’avenir du football au Togo; la détection, le développement et le suivi des joueurs et joueuses de l’école de Football à l’élite (identification, détection des talents, encadrement, formation et supervision); le développement de toutes les formes de pratiques de football ; l’encadrement et la formation des intervenants techniques«  ne joue réellement pas son rôle, on se demande si elle existe.

Autant de problèmes qui minent le football togolais que pointer uniquement la responsabilité de Claude Leroy serait une fuite en avant.

Tag #claude leroy #eliminattoires CAN 2021 #Eperviers du Togo Claude Leroy #lome