Si l’homosexualité est entrain d’être légalisée dans certains pays d’Afrique, c’est loin d’être le cas au Togo. Le pays reste ferme et intransigeant sur ce sujet. Le ministre en charge des Droits de l’homme Christian Trimua a tenu à rappeler la position du Togo.

La loi togolaise punit l’homosexualité. Ainsi, les personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles et transgenres (LGBT) ne sont pour l’instant pas reconnues au Togo.

Le droit togolais est formel sur ces questions et les autorités ne pensent pas changer les choses.

« L’homosexualité n’est pas un droit de l’homme ; ce qui est un droit de l’homme, c’est le droit à la vie sexuelle », a déclaré lundi Christian Trimua, le ministre en charge des Droits de l’homme.

Les Togolais sont libres de vivre leur sexualité comme ils l’entendent, mais dans le cadre de la constitution qui à ce jour ne reconnait pas cette pratique.

Le ministre a toutefois précisé que le Togo ne pratique pas d’inquisition dans les chambres à coucher. « Ce que les uns et les autres font de leur vie sexuelle en catimini les engage ».

En rappel, une majorité de la population est contre toute légalisation des pratiques homosexuelles qui est d’ailleurs interdit par les Saintes Ecritures.

Romains 1
26C’est pourquoi Dieu les a livrés à des passions infâmes: car leurs femmes ont changé l’usage naturel en celui qui est contre nature; 27et de même les hommes, abandonnant l’usage naturel de la femme, se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes, et recevant en eux-mêmes le salaire que méritait leur égarement. 28Comme ils ne se sont pas souciés de connaître Dieu, Dieu les a livrés à leur sens réprouvé, pour commettre des choses indignes,…

Tag #Christian Trimua #homosexualité #homosexualité au TOGO #LGBT au Togo #lome